Le département des Arts de l’Islam

“Misère de misère” me disais-je lors de mes premiers pas dans la cour Visconti qui abrite désormais une assez séduisante architecture de verre et d’acier ondulante et légère telle les plus beaux ciselages d’ivoire qu’elle héberge. Nike Sko Nettbutikk “C’est plutôt réussi!” insistais-je au fond de moi “Point de polémique possible”. L’exposition issue du département des «Arts de l’Islam» est en effet un élégant rassemblement d’œuvres diverses. Nike Air Max 2017 Pas Cher Dotée de plusieurs milliers d’objets et complétée par nombre d’autres fournis par le musée des Arts décoratifs – dont beaucoup sont inédites – sa collection témoigne de la richesse et de la diversité des créations artistiques des «terres de l’Islam». Elle représente 1 300 ans d’histoire et un territoire de trois continents, de l’Espagne jusqu’à l’Asie du sud-est, ayant connu l’influence de la «civilisation de l’Islam». Peut-être, cependant, voyez-vous poindre l’objet de mon billet. Nike Internationalist Baratas Arts de l’Islam, terres d’Islam, civilisation de l’Islam, quelles matières ce nouveau département peut-il bien couvrir? L’éminent musée a-t-il voulu s’offrir un coup médiatique en ouvrant dans une actualité énergique un département bien convenu au prix d’une rigueur scientifique douteuse? Je dois avouer que je fus agréablement surpris. Asics Homme Pas Cher Le Musée du Louvre qui est effectivement une institution sérieuse évite le piège de la confusion entre Islam et monde arabe (un milliard et quelques de musulmans à travers le monde alors que la population des vingt-deux pays appartenant à la ligue des États arabes représente quelques trois cents trente millions de personnes), celui de l’amalgame entre Islam et islam; la première étant une civilisation à part entière possédant une histoire, un parcours, une évolution, un apogée et un déclin, ses œuvres sacrées mais aussi son répertoire profane fait de poésie, d’architecture, d’objets du quotidien, de livres et d’armures tout comme l’Europe de la chrétienté; et la seconde une religion et qui n’est aucunement l’objet de l’exposition, même si tout comme dans toute civilisation, la religion servit de moteur, de motif d’inspiration et de mécène pour les artistes. nike air max 2017 femme Il en est de même lorsque l’exposition aborde la langue arabe. Cheap Fjallraven Kanken Bags fjällräven kånken paris Pour les musulmans, cette langue, ses règles et son art calligraphique sont ceux de la révélation divine. Adidas 2017 Goedkoop nike air max 2016 heren Elle comporte donc un caractère sacré. Asics Pas Cher Cependant, la langue arabe préexista à l’apparition de l’islam, les Perses puis les Iraniens ont adoptèrent sa calligraphie sans en garder ses règles, l’Espagne andalouse en a conservé sa pratique pour l’ornementation de bâtiments… cheap fjallraven kanken sale Nike Air Max 2017 Goedkoop Donc, contrairement à ce qu’aurait pu laisser penser le nom de ce département, nul problème d’épistémologie, et le procès d’intention que j’avais commis à l’égard du Louvre devait être revu. Le département des Arts de l’Islam entend bien couvrir une ère civilisationnelle dans sa durée, sa complexité et ses multiples ramifications. air max 90 pas cher Chaussures Nike Un regret cependant doit être exprimé. Nike Schoenen Goedkoop Si l’exposition du département des Arts de l’Islam saisit parfaitement les phases de la civilisation islamique au travers de l’évolution des arts : conquêtes, expansion, luttes de succession du califat, schisme, invasions diverses, reconquête, sultanat, pouvoir Moghol, iranianisation, pouvoir mamelouk, émirs berbères… Elle manque un peu l’aspect pluriculturel : le terreau social, culturel et religieux d’où la culture nomade des premiers conquérants de l’Islam est issue (la péninsule arabique) puis qui se confronta aux cultures littorales de la mer Méditerranée, la présence de chrétiens, de juifs, de zoroastriens, le contact avec l’Europe et l’Asie…

Laisser un commentaire